+ Info

 Vistas
4Entradas
 Vistas
5Entradas

Mediador Interestelar PT

Cartões - Português
 Vistas
5Entradas

Mediator Interestelar ENG

Mediator Interestelar
 Vistas
5Entradas

Mediador Interestelar FR

Mediador Interestelar
 Vistas
3Entradas

Saiel Resse ES

Saiel Resse
 Vistas
0Entradas

First Contact

Frecuents - Frecuentes
 Vistas
3Entradas
 Vistas
0Entradas
Entradas más recientes
  • SYNCHRONICITÉ TERRIENNE couplée à la Gestion des LIGNES DE TEMPS STELLAIRES 2ème Partie « Une hypothèse est scientifique si, sans être (encore) réfutée, on peut concevoir une expérience capable de la réfuter. » [Karl Raymund Popper, Logique de la découverte scientifique, 1934] 2.1 INTRODUCTION Probablement faudra-t-il encore attendre un nombre d’années conséquent, avant que le type de contenu qui va vous être présenté soit accepté comme élément d’un corpus de recherches en Physique, Astrophysique ou Mathématique ; par conséquent il ne peut être défini comme conventionnel, ni comme scientifique. Il présente différents nœuds d’interactions humains-humains et humains-stellaires et un copier-coller de communications écrites que j’ai eues depuis le mois de mars-avril 2016, avec des extraterrestres. Je les appelle ‘stellaires’ pour ôter l’aspect ufologique en faveur d’une perspective de la réalité qui soit authentique et allocentrique. Ces stellaires, de différentes espèces cosmiques, se sont présentés à moi comme étant originaires de systèmes solaires et de planètes mal connus ou inconnus des Sciences Terrestres ; ils ne vivent pas sur Terre et pour la majorité ne le pourront jamais dû aux incompatibilités de multiples natures, physiologiques ou mentales. Ils vivent sur des vaisseaux spatiaux stationnés en orbite derrière la Lune ; certains depuis des décennies. La notion de synchronicité et/ou de ‘gestion stellaire des lignes de temps’, ne peut donc, pour l’instant, être considérée que comme un postulat, au mieux comme une hypothèse de travail pour ceux d’entre vous que cela intéresse ; je me contente de la rendre publique en tant que Médiatrice, sans prendre position. Il s’agit d’un document de conversations personnelles et familiales, que je partage avec vous pour vous présenter ce que vous ne voyez pas encore. Il conviendrait, comme les philosophes de la lignée Pirrhonienne en 320 av. J.-C., que vous adoptiez, si ce n’est le cas et au moins pour le temps de la lecture, une attitude aporétique qui facilitera une observation dégagée de tout apriori, positif ou négatif. Cette première étude de cas est simple. Néanmoins elle concerne six personnes et leurs environnements propres. La gestion stellaire des lignes de temps est d’une grande complexité : elle englobe de nombreuses personnes, humaines et autres et des techniciens stellaires rompus à ce type d’expertises, de nombreux niveaux d’interactions, sur de nombreux niveaux disposés en mille-feuilles et l’utilisation de technologies avancées. C’est un peu comme si tout se déroulait dans un théâtre, avec une scène, des décors, des personnages, des objets, un scénario et une histoire mais en projections multidimensionnelles. Asseyons-nous donc confortablement face à la scène qui se présente, dans ce cas n°1, comme un simple dyptique : d’un côté la Terre, de l’autre, le cosmos...les douze coups ont été sonnés... lentement, le rideau se lève… 1ère étude de Cas: ‘Zen et le Jardinier’ 2.2 Le CÔTÉ TERRESTRE du dyptique... ● Le Cadre : Plantons un décor de montagnes vertigineuses, au Sud de la France, près de Montségur, sites des grands châteaux Cathares et des Templiers : Puilaurens, Peyrepertuse et Queribus, près de Rennes-le-Château où séjourna Marie-Madeleine et l’Abbé Saunière, tout comme Dan Brown lorsqu’il écrivit le Da Vinci Code, ou Jules Verne, Vingt Mille Lieues sous les Mers ; Sur un sommet, ajoutons Bugarach, célèbre pour ses UFOs et Jimmy Guieu et puis, dans ce lieu encore sauvage, en altitude, à l’entrée d’un petit village de 47 habitants et quelques âmes esseulées l’hiver, vivant presque en autarcie, qui cultivent leurs jardins, et s’entraident, se cache un ancien Moulin construit sous Marie-Antoinette au pied d’un torrent. ● Les Personnages : . Cinna (« M ») : habite le moulin, . Demah : garagiste, très habile, habite dans une petite ville à 17 kms, . Philippe : voisin, habite à 500 m, . Julien : jeune d’une vingtaine d’années, habite à 9 kms. Voici la carte des lieux ; il y a 6 nœuds d’interactions et de synchronicité. ● Date : Nous sommes au mois de Juin 2017. J’habite le moulin depuis 2011 et je suis en contact frontal, journalier, écrit et audio, avec mes amis stellaires depuis un an et trois mois. ● 01 Juin 2017 – NOEUD 1 : Depuis 2016, je passe l’été au moulin et l’hiver, je vais m’installer sur la côte, près de la Méditerranée où il fait plus chaud. J’ai passé l’hiver 2016 au Barcarès et l’hiver 2017 à Montserrat, en Espagne. Si je mentionne ces lieux, c’est qu’ils vont apparaître dans les lettres suivantes. Je suis donc en train de déménager. J’ai vidé le moulin et mon garage qui se trouve au bord de la route, en surplomb. J’ai beaucoup de choses à faire et je dois préparer les jardins pour l’hiver ; pour me faciliter la tâche, j’ai donc passé une annonce pour trouver un jardinier. C’est un endroit isolé, loin des villes et depuis 15 jours, personne ne s’est manifesté. ● 10 Juin 2017 – NOEUD 2 : Je vais chez Demah, le garagiste, pour changer les pneus de ma voiture en vue du voyage et je lui signale que j’ai une tondeuse automatique que je souhaite lui donner ; il me remercie mais il n’en a pas besoin, il a un grand terrain et un tracteur tondeuse. Comme c’est l’endroit où tout le monde va dénicher des pièces détachées, je lui dis que si une personne se présente, je serais heureuse de la lui offrir. ● 11 Juin 2017 - NOEUD 3 : Le lendemain, Philippe est en train de tondre le gazon chez lui ; sa tondeuse lâche d’un seul coup ; il se rend chez Demah qui lui signale que j’en ai une. ● 12 Juin 2017 matin – NOEUD 4 : Le surlendemain : personne ne s’est présenté pour la tondeuse, j’en fait cadeau à d’autres voisins, bienheureux de l’accepter. Je reviens vers mon garage ; un gros 4x4 de montagne s’arrête devant la porte, Philippe se dirige vers moi et me dit qu’il veut bien ma tondeuse. Je lui dit que malheureusement je viens d’en faire cadeau à d’autres voisins. ● 12 Juin 2017 matin – NOEUD 5 : Même jour : - Julien qui vient de perdre son emploi rencontre Philippe sur la route, quelques heures auparavant, et dans un échange amical, lui dit qu’il serait heureux d’aider des personnes qui en auraient besoin. - Alors que Philippe allait sortir de mon garage, je lui demande s’il connaît un jardinier ou un jeune des environs qui pourrait m’aider. Il me dit qu’il venait de rencontrer Julien et il est certain que ce dernier allait pouvoir le faire. Je lui demande de lui téléphoner pour qu’il vienne rapidement. Ce qu’il fait. Accord est pris entre Philippe et Julien mais rien de définitif avec moi. Philippe signale que Julien m’appellera. Comme souvent dans ces environnements plutôt rudes de montagnes, les personnes promettent mais ne viennent pas, je me suis dit qu’il ne viendrait probablement pas. ● 12 Juin 2017 – fin de matinée – NOEUD 6 Même jour : je descends en voiture de la montagne pour aller faire des courses. Au point violet de location sur la carte, à une intersection où je ne peux que tourner à gauche ou à droite, je me vois forcée de freiner brusquement en me retrouvant nez-à-nez avec un fourgon. Le conducteur est un jeune homme d’une vingtaine d’années qui baisse la vitre et me dit : - « oh ! Madame « M » c’est moi Julien. J’ai eu Philippe au téléphone. Quand voulez-vous que je vienne pour passer la débroussailleuse ? » - - « je ris et je lui dit : mais comment savez-vous que c’est moi ? » - « Oh, tout le monde vous connaît ici » dit-il. - « Ce serait bon pour demain ? » lui dis-je. - « je peux venir le 15 mais pas avant 20h, est-ce que ça ira ? » - « pas de problème, c’est très bien. 2.3 Le CÔTÉ STELLAIRE du dyptique... ● Le Cadre : Des milliers de vaisseaux spatiaux alignés autour de Viera-Andromeda, une biosphère triangulaire de 811 kms de long, sur 300 kms de large, sur 50 kms d’épaisseur stationnée derrière la lune. Vous la connaissez sur Terre, sous l’intitulé ‘Phénomène Céleste de Nuremberg’ qui s’est produit à l’aube du 14 avril 1561. Viera est la grande flèche noire, qui dirigée par les Andromédiens accompagnés de nombreuses autres espèces, étaient en train de libérer une autre planète occupée, comme la Terre, qui s’appelle ‘Phaeton’ (rebaptisée Feton, car le nom avait été attribué par la lignée reptilienne qui s’en servait comme d’une ferme à ciel ouvert) dans la Constellation Alpha Centauri, à 4,6 années-lumière (en 2016), donc proche de la Terre. Cette planète a été peuplée par des humains enlevés sur terre par milliers, qui y ont été relocalisés. L’intervention militaire de très grande envergure fut lancée par nombre d’extraterrestres pour la libérer et pour éradiquer les espèces reptiliennes - les mêmes que sur Terre et avec les mêmes élites - qui en avait le contrôle. Cette attaque a fait de très nombreux morts de part et d’autre : parmi ceux qui venaient les libérer et sur la planète elle-même ; les armes à plasma ont fait des millions de morts. Les habitants de la planète Feton, les Alfratiens, n’étaient plus que quelques centaines de milliers après l’attaque et toutes les infrastructures furent détruites en l’espace de deux jours. Il leur a fallu 500 ans, 5 siècles, pour reconstruire leur espèce et leur société, en revenant à l’âge de la pierre et du feu ; ils ont dû tout reconstruire : TOUT ! Réfléchissez bien avant de souhaiter que la Terre ne s’effondre car vous auriez à faire face à la même situation et votre planète serait détruite en seulement quelques heures ! Au bout de 500 ans de terribles difficultés et après un traumatisme généralisé qui les marquent encore beaucoup, ils réussirent finalement à proliférer en tant qu’espèce propre, sans contrôle reptilien mais avec l’aide d’autres espèces stellaires, comme Mentors, notamment les 12 espèces Membres des Grands Conseils Andromédiens. Ils sont actuellement autour de la Terre...et croyez-moi, ils sont très actifs parce qu’ils ont connu sur leur planète, une situation pire que la vôtre. Vous connaissez aussi une partie de leurs vaisseaux sous le nom de Black Knights qui surveillent la situation sur terre, jour et nuit ; il y a 19 Black Knights, pas seulement un seul, comme certains le prétendent. Les Andromédiens, de leur côté, ne s’engagent plus dans des combats (sauf exception très rares où ils sont attaqués directement) mais ils accueillent dans leurs 12 biosphères, certaines aussi grandes que Pluton, les espèces qui en ont la capacité. ● Personnages : . COS : nom de code - « M » ou Cinna . Ultra Violet : nom de code militaire de Rashell de Temmer [vraie identité] – Planète : Temmer – M45 Les Pléiades - Femme, Commandante de bord d’un vaisseau-mère de 2.2 kms de long, nommé ‘Ritol’, corps du vaisseau 2 kms + senseur avant 200 m - 2500 membres d’équipage à bord, sous ses ordres, mais aussi pilote de son propre vaisseau d’attaque ; Lignée : Antarienne-Pléiadienne (génétique : Antara 50 % - Pliéiades 50 %), 189 ans en 2019 mais n’en paraît que 30, peau blanche, cheveux noirs jusqu’aux épaules, yeux verts émeraude, 5 doigts/orteils, 1,60 m – ressemble à une humaine ; calme, réfléchie, tacticienne, diplomate - célèbre pour avoir contacté le Président Eisenhower, en compagnie de Semjase de Temmer, et lui avoir proposé une aide qu’il a refusée, au profit de traités signés en 1935-1936, 1952-1953- and 1954 & 1956 avec d’autres stellaires pour l’obtention de technologies avancées. . Zen : nom de code, [vraie identité : classifiée] – Planète : Temmer – M45 Les Pléiades - Homme, pilote d’un vaisseau spatial d’attaque individuel, a aussi été Commandant, Pléiadien, 154 ans en 2019, mais n’en paraît que ± 35, peau blanche, blond, cheveux jusqu’aux épaules, barbe courte, yeux bleu mer, 5 doigts/orteils, 1,98 m (type humain Viking) posé, sage, sans égo, ultra-sensible et émotionnel. Partenaire d’Asket jusqu’en 2017. Il fut l’un des 7 membres d’équipage qui descendirent sur terre avec un petit vaisseau pour parler à Billy E. Mieir, avec Semjase de Temmer et Asket de Temmer dans un second temps, après que la première fut blessée en se cognant la tête sur un radiateur, durant une rencontre. Ritol, le vaisseau d’Ultra Violet/Rashell est amarré à une vingtaine de kilomètres de Viera et le vaisseau de Zen est garé dans un hangar, à l’intérieur de Viera. A l’époque des faits, j’étais sous constante protection et les rondes de surveillance au dessus du moulin se renouvelaient 3 fois toutes les 54 heures (un jour pour eux). Tous savent que je suis en train de déménager et que je recherche un jardinier. Comme tous les jours, je parle donc à Ultra Violet et à Zen. Les deux extraits suivants proviennent des conversations que j’ai eues avec l’un et l’autre. - l’une avec Zen ; elle fait 4 pages et a eue lieu en début de soirée, le jeudi, 15 juin 2017, entre 19:48:42 et 20:30:32 ; - l’autre avec Ultra Violet ; elle fait 6 pages et a eue lieu en début d’après-midi, le lundi, 12 juin 2017, entre 14:27:04 et 16:00:46. Toutes deux sont en anglais, je les ai traduites, mais je ne les aies pas éditées. Si vous souhaitez avoir la version originale, veuillez télécharger La Lettre N° 3 en anglais. Jeudi, 15 Juin 2017 – 20:21:25 - Conversation avec Zen <20:21:25> "Cos": Je peux entendre le jardinier en train de passer la débroussailleuse ! <20:21:32> "Cos": Merci encore une fois pour votre aide. <20:21:55> "Zen": C’est vous qui l’avez fait, pas moi. <20:22:06> "Cos": ? <20:22:15> "Zen": je n’ai fait que retarder le jardinier d’1 minute pour qu’il croise le chemin de votre ami. <20:22:22> "Cos": c’est VOUS qui l’avez fait ! (je sous-entends : pas moi!) <20:22:31> "Cos": c’est l’un de mes voisins <20:22:38> "Cos": son nom est Philippe. <20:22:38> "Zen": oui, en effet. <20:22:47> "Zen": C’est … très français ! Lundi, 12 Juin 2017 – 15:15:37 - Conversation avec Ultra Violet <15:15:37> "Ultraviolet": À première vue, il semblerait que nous ne fassions pas grand chose pour la Terre, nous restons ici en vol stationnaire, sans qu’aucun vaisseau ne bouge, mais nous sommes très occupés à l'intérieur. C'est comme un jeu d'échecs en 3D ou à plusieurs niveaux avec des conséquences souvent létales. <15:15:57> "Cos": Je sais. <15:17:40> "Ultraviolet": nous connaissons les autres lignes de temps positives et nous les voyons ; celles où la Terre est déjà libérée de la présence des lignées reptiliennes et florissante au moment où je vous parle. Et puis il y en d’autres où la Terre est totalement détruite et où les terriens qui ont survécu aux guerres nucléaires et biologiques, doivent maintenant faire face à un horrible et cruel monde post-apocalyptique ; et nous voyons entre les deux toutes les lignes de temps avec toutes les versions possibles (de la Terre dans différents états). Nous pourrions simplement nous déplacer (avec notre vaisseau) pour ne voir que la Terre « telle que nous aimerions la voir », mais nous sommes ici (près de vous sur Terre) pour nous allier à vous et changer toutes les lignes de temps ensembles, pour que le résultat soit plus positif pour tous. […] <15:58:15> "Cos": j’ai un nouveau jardinier maintenant ! <15:58:28> "Ultraviolet": oh, c’est bien ! <15:58:40> "Cos": c’est Zen qui l’a fait ! <15:58:50> "Ultraviolet": Zen ? Je vois ! <15:59:09> "Ultraviolet": son vaisseau de combat était sorti ; je vois pourquoi maintenant ! <15:59:21> "Cos": pourquoi ? <15:59:49> "Ultraviolet": votre jardinier, je suppose ! <15:59:58> "Cos": Je ne savais pas que vous pouviez le faire aussi à partir d’un vaisseau individuel ! <16:00:35> "Ultraviolet": Vous pouvez le faire aussi bien de ce vaisseau [Ritol], que d’un vaisseau individuel d’attaque. ~ FIN de cette première étude de cas. Essayez maintenant, pour vous-même, de répondre aux questions suivantes : 1/ Qu’est-ce qu’une ligne de temps ? qu’à fait Zen ? Sur la carte : où est-il intervenu ? Synchronicité terrestre et lignes de temps stellaires sont-elles une et la même chose ? 2/ Au regard des éléments que vous avez découverts dans cette lettre, que comprenezvous de la ligne de temps de la Planète Terre elle-même ? Respectueusement Vôtre, « M » Cinna S. May, M.A., AbD [C]
  • SYNCHRONICITÉ TERRIENNE couplée à la Gestion des LIGNES DE TEMPS STELLAIRES 1ère Partie 1.1 INTRODUCTION Depuis la nuit des temps, la notion de ‘synchronicité’ a été l’un des thèmes de prédilection de la Recherche Philosophique, Analytique, Spirituelle et Scientifique ; l’anamorphose du spectre visuel qui affecte les Terriens depuis au moins 10,500 ans, a obligé les Chercheurs, tout au long de l’enchaînement des siècles, à multiplier les angles de perception pour tenter de donner une forme, ne serait-ce que celle d’une absence ou d’un zéro, à l’insaisissable point de non-retour. Les mythes se sont développés. Les religions sont nées. Les pensées se sont réticulées et les analyses de nos jours, en 2019, nous amènent à ce constat incompressible, de la nonréalisation des Etres Humains en tant que collectif. Car si réalisation il y avait, la synchronicité ne serait plus. Le floruit de l’éternel retour s’est produit entre le VIème s. av. J.-C. depuis Héraclite et son œuvre Sur la Nature jusqu’à nos jours, en passant par Platon, 370 av. J., sous l’allégorie d’une voûte cavernale, dans la République L-VII ; reflets de deux mondes, l’un réel invisible, l’autre illusion vécue, appel temporel de moi à moi en passant par un collectif, dualité, Yin-Yang. La notion de « synchronicité » s'articule finement avec d'autres concepts comme ceux d'image primordiale, d’archétype en lien avec un inconscient collectif, et par conséquent avec la Loi d’attraction, la grande question de la Vie, celle de la Vie après la Mort, ou celle des vies passées, du temps et de l’espace. Depuis plus d’un demi-siècle et encore plus ces dernières années la ‘synchronicité’ est un thème de recherche à la mode et ce n’est pas une coïncidence. Cette prolifération et la découverte grandissante de la population terrestre, non seulement d’autres formes de vies exogènes, mais aussi d’autres concepts ou manière de penser, d’autres comportements, d’autres perspectives, d’autres modes de vie, ont une seule et même cause qui vous sera présentée d’ici quelque temps. Sur Terre et pour la partie théorique : voici une liste de Chercheurs qui s’intéressent à la compréhension de l'ordre sous-jacent au réel qui semble présider à ces manifestations et que vous pouvez consulter : Pour la partie pratique : continuons le cheminement qui nous avait mené de la Lettre Oumienne D43 et le Taau213 à la notion de synchronicité. Ceci survint lors de l’interruption momentanée d’une lecture d’un mot associé à une sonorité simultanée et que l’on pourrait qualifier de : passage du théorique au pratique ! Telle que définie par C.G. Jung, une synchronicité est : “l’occurrence simultanée d’au moins deux évènements qui ne présentent pas de liens de causalité mais dont l’association prend un sens pour la/les personnes qui les perçoivent.” Du grec ancien αρχέτυπον - arkhêtupon signifiant « modèle primitif », et du latin moderne « archetypum », soit « original » ou « modèle », l’archétype ou image primordiale, est caractérisé fondamentalement par le fait qu'il unit un symbole avec une émotion. Dans le cas qui nous occupe : ce fut un mot-symbole signifiant un acte physique (orgasme) associé, non au mot prononcé, mais au son de l’acte physique lui-même, lancé par une voisine et mis en exergue par les réactions de son animal de compagnie. Cela constitue un symbole visuel numérique, associé à une émotion et ses expressions physiques sonores. Toutes les théories proposées par les Chercheurs sur ce thème depuis au moins Platon, devraient être recatégorisées en tant ‘qu’hypothèses’ car les propositions ne sont pas vérifiables en utilisant la méthode scientifique et les résultats ne permettent pas de susciter de nouvelles observations ou de nouvelles hypothèses puisqu’elles sont confrontées à une réalité 3D et jusqu’à ce jour, elles ne l’ont jamais été à la réalité 5D. C’est un peu comme si les Scientifiques terrestres, développaient de nouveau organismes, dans des éprouvettes de types ‘bouteilles de Leyde’ ou de ‘tube-Alcatraz d’essai philosophique’. Ils n’ont aucun moyen de les confronter à la réalité cosmique intrinsèque et leur position conventionnelle marginalise des recherches qui fleurtent avec l’exception. 1.2 PARTAGE de CONNAISSANCES De ce point de vue, j’aimerais aborder un sujet qui me tient à coeur : les notions d’enseignement et de partage. Depuis l’âge de 35 ans et ma traversée du processus de l’illumination, j’ai occupé des postes de guide spirituel, de professeur ou d’enseignante en Sciences du Langage. Deux américains m’ont littéralement sortie de mon ermitage en Inde pour enseigner les techniques de méditation dans un grand centre qui accueille jusqu’à 350 personnes deux fois par an, aux USA, ou j’ai vécu pendant 10 ans. Assise sur un podium, je faisais donc face à 350 personnes plusieurs fois par jour et à plusieurs milliers de personnes venant du monde entier lorsque je faisais des conférences, là aussi aux USA, ou dans d’autres pays. Il en fut de même dès mon retour en France, au coeur du système universitaire ; là aussi, je faisais face à 300 étudiants qui alternaient toutes les heures pendant trois jours consécutifs, debout sur une estrade, dans des amphis, souvent pleins à craquer...il ne manquait habituellement pas de place, mais ils s’asseyaient, corps-à-corps, même à terre, pour entendre ce nouveau Prof, présenter de manière peu orthodoxe, des hypothèses nouvelles par lesquelles ils se sentaient ‘inspirés’. S’il est des points magistraux que j’ai appris au cours de ces 30 ans d’enseignement, ce sont les suivants : - on ne peut pas enseigner la vie ; on ne peut que l’être - - il est impossible de changer qui que ce soit - S’il est facile de comprendre et d’accepter la première affirmation, il en va autrement pour la seconde et la majorité des gens argumenteront le contraire. Mais comme l’adage le précise : “on peut amener le cheval à l’abreuvoir, mais on ne peut pas le forcer à boire”. C’est lui qui le fera s’il le souhaite et parce qu’il a soif. Mais, de mon point de vue individuel et personnel je vois deux obstacles à cette forme plus ouverte d’enseignement : - le premier est que pour amener le cheval il faut a) une longe b) que le cheval soit attaché 3) qu’on l’amène – tous ces gestes ou intentions placent le cheval sur un terrain qui aurait été le mien, pas le sien, pas sa nature sauvage et son comportement d’animal libre, - le deuxième est que s’il y a un abreuvoir, cela signifie que le cheval est domestiqué et prisonnier d’un lieu géographique ou d’autres formes d’enfermement. Pour ma part, au lieu d’attacher le cheval pour lui présenter l’eau, je préfère rechercher les endroits sauvages où il y a des lacs ou des rivières et s’il me le demande, je lui donne les coordonnées. C’est tout et c’est simple. Le cheval sait ensuite ce qu’il faut faire. C’est sa vie et c’est sa décision. Il ne s’agit plus, dès lors, d’enseignement mais de partage. Je partage avec vous. Vous partagez avec moi ou avec d’autres. Et c’est très précisément dans cet échange que se situe une transformation réciproque et des mouvements évolutionnels profonds : au coeur vivant de l’échange, et du processus de la vie. Repoussons encore un peu, notre lecture de Woa, car pour étudier les synchronicités terrienne et la gestion des lignes de temps stellaires, je vais vous présenter deux études de cas réels qui seront des copier-collers d’échanges écrits que j’ai eus avec ce que vous appelez des extraterrestres, et que je nomme ‘des stellaires’. Elles seront publiées dans La Lettre n° 3 → “Zen, et le Jardinier” et La Lettre n° 4 → “La femme pilote, et les 3 versions d’elle-même”. Je serai heureuse de lire vos commentaires ou répondre à vos questions, si vous en avez et les postez sur les listes suivantes, sur Twitter : - en français : https://twitter.com/Med_Cinna/lists/synchronicit-fran-ais - en anglais : https://twitter.com/Med_Cinna/lists/synchronicity-english Oh, au fait, j’allais oublier : comme Hakuin Ekaku, j’aimerais vous poser une question : « Deux mains applaudissent. Quel est le bruit d’une seule main ? » 隻手声あり、その声を聞けあり、その声を聞け声あり、その声を聞けを聞け聞けけ Respectueusement Vôtre, « M »
  • « Au commencement il n'y avait rien. Et ce rien n'était ni vide ni vague : il n'appelait rien d'autre que lui-même. Et Dieu vit que cela était bon. Pour rien au monde il n'eût créé quoi que ce fût. Le rien faisait mieux que lui convenir : il le comblait. […] Dieu était l'absolue satisfaction. » Amélie Nothomb, La Métaphysique des Tubes, p.1, 2000 ● N° 1 – 2019-08-14 ● Pour être franche, même en étant suffisamment bien organisée pour gérer 2,48 terra octets de données numériques, j’ai une telle diversité de conversations stellaires, riches en contenus de toutes sortes, que je ne sais pas par où commencer. Jusqu’à présent j’évoluais quotidiennement avec des personnes sur leurs vaisseaux spatiaux, et je conversais uniquement en anglais sur des systèmes privés et hautement sécurisés, à l’écrit et à l’oral → je le répète encore une fois, et ce sera la dernière car je ne souhaite pas passer mon temps à justifier ma réalité quotidienne ; que vous me croyez ou non, cela n’y change rien pour moi. Par contre ce peut être important pour vous : ces conversations sont écrites et orales comme ce que vous lisez maintenant ou lorsque vous parlez au téléphone avec un proche. Me voici, nouvellement arrivée sur Twitter, en public, en train de faire la même chose avec des populations terrestres, en français et en anglais. Je dois avouer que c’est vraiment différent. Lorsque l’on communique avec des personnes en 5D, la communication est fluide, si vos synapses savent gérer l’information au même niveau. Les stellaires n’ont pas de doutes. Enfin pas de la même nature que les vôtres. Ceci ne veut nullement dire, que ce soit aisé, surtout après plusieurs années passées quelquefois jusqu’à 12 heures par jour à le faire. Bien sûr la télépathie est absolument indispensable pour communiquer avec ces populations pour la simple raison que c’est le langage, avec l’andromédien, qui est le plus couramment utilisé entre individus de différentes espèces (un peu comme l’anglais sur Terre) ou lors de Conseils. Par ailleurs, nombreux sont les stellaires qui n’ont plus recours aux langages articulés, qu’ils soient écrits ou oraux : ils ne sont que télépathiques et ils spécifient lorsqu’ils s’adressent à un groupe d’humains : « oh ! Vous me voyez désolé/e, je dois avoir recours à un traducteur (du télépathique vers l’anglais et à l’écrit) car je ne parle pas l’humain ! ». Pour l’instant, je ne vais donc utiliser que le corpus écrit car je peux faire des copier-collers, en éditant les noms pour respecter les données personnelles. Veuillez noter à cet effet, que tout ce qui est stellaire, n’est pas obligatoirement propriété universelle, contrairement à ce que beaucoup d’entre vous pensez. Chacun à une vie privée qui doit être respectée, que ce soit sur terre ou dans l’espace. Au fil des lettres, j’espère que vous comprendrez que ceci est bien réel et sérieux. Convenons de ce qui suit : lorsque je spécifierai ‘ETcom’ dans un paragraphe, cela voudra dire que ce que vous lisez est ‘direct du vaisseau’ exprimé par les stellaires eux-mêmes. Sinon tout le reste est ma propre perspective et le résultat de mes apprentissages successifs avec eux. Ce matin, je réfléchissais au meilleur moyen de partager ces connaissances avec vous, de manière simple, en préparation du Premier Contact Officiel qui devrait avoir lieu à l’automne 2021, si tout se passe bien, car dans l’espace, tout change toujours. Je me suis demandé ce qui était important pour moi dans ma communication avec vous, pour garder tout l’intérêt passionné que j’ai pour certains thèmes de recherches. J’ai été moine de forêt, et une transcendance vivante m’anime depuis le moment où je suis née ; j’ai traversé le processus de l’Illumination et l’Êtreté m’importe. J’ai un regard unique que l’on pourrait qualifier de ‘exo-terro-spirituel’ ; il englobe à la fois ce qui est terrestre et ce qui est interstellaire. Je suis l’un des nodes, où les deux côtés s’animent, lorsqu’ils sont en présence. Je me suis donc mise au travail dès potron-minet, en ce mercredi 14 Août de l’année terrestre 2019, à 05:23:13, heure linéaire de Paris, Sol13, Terra3, dans un silence doux et frais, pour rechercher le document le plus approprié parmi les nombreux dossiers mis à disposition gracieusement par Ummo-sciences en français, et j’ai trouvé un magnifique document qui adresse la notion d’Êtreté : la lettre D-43, traduite par AJH, dernièrement modifiée le 21/11/2017. Les documents affichés sur ce site très intéressant et organisé avec professionnalisme, offrent des perspectives où je retrouve l’essence des recherches que j’ai entreprises depuis sept décennies, et que je n’avais pas encore eu le courage de publier dans le domaine académique, faute de pouvoir les présenter de manière raisonnée ; je les étudie donc avec attention pour trouver des liens entre mes thèmes de prédilection et ceux qui sont proposés. Il me paraît essentiel, pour aborder la notion d’une Êtreté qui soit ‘doublement’ humaine et stellaire, d’offrir une lecture qui soit diversifiée, à la limite des sciences conventionnelles, sans pour autant l’inscrire dans une démarche ufologique ; en effet, les thèmes que nous allons aborder, ensemble, sont en train d’être versés dans le domaine public et deviendront monnaie courante, tôt ou tard. Des personnes comme moi, ont pour rôle de faciliter cette transition. Par ailleurs, si je le fais, en français, c’est pour répondre à la requête d’une amie que j’ai présentée à des stellaires dans des groupes de réflexion et de discussion que j’avais organisés, qui m’a dit : - « tout ce que l’on voit de sérieux est pratiquement toujours en anglais et beaucoup de français ne parlent pas l’anglais ; c’est probablement la raison pour laquelle les français sont à la traîne dans ce domaine. Toi, tu pourrais quand même, faire l’effort de parler français . » - « Bon, d’accord, lui dis-je, j’entends ce que tu me dis ; c’est noté, je vais le faire. » Le fil rouge d’une lecture attentive de la D-43 m’amena naturellement au TAAU 213 UAA : « Chaque organe de l'homme, chaque tendance ou instinct a une fonctionnalité organique, savamment régie par les lois qu'a dicté celui qui m'anime : WOA. N'altérez pas ces fonctions en dehors de leurs limites normales. Que la jouissance de la vue, de l'ouïe, du goût, de l'odorat, du toucher, des sens proprioceptifs, de l'orgasme ne se transforment jamais en un but, mais restent un moyen savamment contrôlé qui vous permette de traverser votre vie dans une authentique paix intérieure. » UmmoWoa, Taau 213 UAA - « Expression de l’Êtreté, dans tous ses sens », pensais-je « comblée, riche de soi, plénitude simple, et le corps, un outil manié avec sagesse et raison dans ses propres limites, pour une paix intérieure authentique, pour soi, et certainement pour les autres. ». Comme j’essayais, pour aller plus vite, de copier-coller le texte sur ce document, une notification apparut sur mon ordinateur précisant que cette fonction n’était pas disponible. Je réessayais plusieurs fois, en vain, et légèrement contrariée, je me mis à le retaper, en me disant qu’après tout, ce n’était peut-être pas plus mal, puisque cela me permettrait de saisir toute la profondeur du verset, en le déroulant, caractère par caractère. Puis, je fis une pause pour en faire plusieurs lectures : d’abord, pour comprendre le texte en tant que communication adressée par l’un des membres d’une civilisation exogène à un peuple ; puis au niveau de l’information sur les aspects sociétaux, la sémantique profonde et enfin, je procédais à une analyse des structures langagières. Et c’est cet aspect qui m’intéresse plus que les autres : comment ce texte d’une simplicité apparente, permet-il une prise de conscience des individus et le réagencement radical de toute une société ? Qui était UmmoWoa ? qu’essayait-il de dire exactement ? Pourquoi cet intérêt de ma part, me demanderez-vous ? Tout simplement parce que la population humaine sur Terre est en train de traverser ce même type de restructuration. Après plusieurs lectures, mon regard s’arrêta, surpris, sur le mot ‘orgasme’ (si vous ne l’avez pas vu, relisez le Taau s’il-vous-plaît). Je m’étonnais qu’un texte sacré emploie un terme aussi transparent et direct, mais comme je connais l’absence de certains tabous, ou la manière différente dont les sexualités sont vécues par les peuples stellaires, je me demandais si l’un des versets des grands livres sacrés terrestres, utilisait ce même vocable. Exactement au moment où je me posais cette question, les pupilles rivées sur le mot, mon oreille fut attirée par un bruit extérieur ; ma porte-fenêtre qui donne sur le jardin était ouverte et j’entendais un animal japper, accompagné de drôle de petits cris de femme. Je pensais sur le coup qu’elle parlait à un animal de compagnie, mais comme ses cris devenaient de plus en plus aigus, je dirigeais mon attention vers les sons ; je me disais, sans trop comprendre ce qui se passait, qu’elle était peut-être violentée et qu’elle aurait pu avoir besoin d’aide. Je m’arrêtais donc de lire et j’écoutais attentivement. Elle parlait doucement avec des termes confus aux sons roques, roulés, mouillés et riches d’émotions amoureuses. Le chien continuait d’aboyer alors que les cris de la femme devenaient plus en plus aigus et rapides. Puis il y eut un long relâchement et tout s’arrêta brusquement. C’est à ce moment, seulement, que, sourire aux lèvres, je compris toute l’étendue de la situation. Et je me dis : « oh, non ! c’est incroyable ! Je lis le mot ‘orgasme’ et j’entends le son ‘crié’ exactement au même moment !!» et je pense à vous, lecteurs, qui auriez qualifié ceci, de synchronicité, comme à chaque fois qu’un évènement auquel vous pensez se produit, parfois immédiatement ou après un laps de temps, plus ou moins prolongé. Mais pour moi, qui suis en contact frontal avec des stellaires depuis tant d’années et qui connaît leurs technologies et leur manière de travailler, ma réaction immédiate, fut de penser : « quelle que soit notre lignée stellaire, nous construisons et gérons cette matrice 3D depuis des millénaires, en tricotant, cousant, réparant ou croisant les fibres des lignes de temps de chaque humain individuellement, avec toute la délicatesse de dentelliers assis au métier 24H/24, avec patience, amour et expertise. » [Etcom compilée] Force me fut, bien entendu, de regarder ce qu’ils me renvoyaient dans le miroir télépathique : j’éclatais de rire, comme à chaque fois qu’ils me prennent en flagrant délit de naïveté et je les entendais s’esclaffer à pleins poumons de la bonne blague qu’ils venaient de me faire. Mais je dois dire que cela m’amuse aussi, même si, le retour était ‘tombé’ comme une fulgurance en boomerang, chez la voisine d’à côté ! C’est bien pour cela qu’ils croisent les lignes de temps : dans ce cas, pour que cela se produise, exactement pendant que je vous écris, pour que je vous l’écrive. Une fois de plus néanmoins, je pesais avec une humilité teintée d’une légère frustration, tout le décalage qui existe entre deux civilisations complètement différentes : l’une, interstellaire, et l’autre, en phase de le devenir. Ce texte, dans ce qu’il représente d’une manière ‘double’ d’être dans l’instant, tente de vous montrer ce que c’est que de vivre en 5D. Respectueusement Vôtre, « M » Cinna S. May, M.A., AbD [C] PS. Nous aborderons la question des ‘synchronicités’ expliquées par des stellaires dans la prochaine Lettre et reprendrons, dans la troisième, notre découverte du Coeur de l’êtreté dans le Taau213 d’UmmoWoa (le Dieu incarné d’Ummo).

%